Skip to main content

Atelier de fonderie de l'Esquielle

Fonderie de cloches. Fonderie d'art, de bronze et d'étain

Accueil
Prestations
Fondeur de cloches
Album Photos
Nous rencontrer en 2017
Nous rencontrer en 2016
Nous rencontrer en 2015
Parc musical
Quelques liens
Contactez-nous

 

 

Le fondeur de cloches se déplaçait de village en village afin de réaliser sur place, le moule de la cloche qui était ensuite coulée aux pieds de l’église

 

On l'appelait au Moyen-Age le saintier ou sainctier (du latin sanctus) ou encore senhier qui dérive du latin signum, désignant la cloche dans les premiers textes (par dérivation, le mot signum, a donné sin, sing, sen, saint, sains, suivant les lieux et les époques).

En Languedoc, il était aussi appelé "calebassier" venant des calebasses qu'il utilisait pour la fonte de l'airain. (bronze à cloche)

 

 

Comment fabrique-t-on une cloche ?

 

Le moule d'une cloche est fait d'une terre spéciale, très minutieusement préparée. Il se compose de trois parties distinctes et superposées : le Noyau , la fausse cloche et la Chape , formées à l'aide d'un outil appelé planche à trousser.

Le noyau.

 

C'est la partie du moule qui représente l'intérieur de la cloche. En d'autres termes, après la coulée, le noyau remplira exactement l'intérieur de la cloche. Il est construit en briques habilement disposées, cerclées avec du fil de fer et recouvert d'argile.

La fausse cloche.

 

Cette partie du moule, en terre , représente la cloche elle-même, dont elle tient provisoirement la place. Elle a donc les mêmes dimensions, la même épaisseur que la future cloche. C'est sur cette fausse cloche que l'on place l'ornementation et les inscriptions. Ces décors sont en cire et en relief.

 



La chape.

 

C'est la partie supérieure du moule, celle qui va recouvrir la fausse cloche. Elle est également en terre et formée de couches successives. Les premières couches sont obtenues au moyen d'une terre très fine, presque liquide, que l'on nomme " Potée ". Ensuite, on continuera la fabrication de la chape avec de la terre glaise, plus épaisse, armée de chanvre ou de fibres de bambous, qui assurera à l'ensemble une plus grande solidité.

On procède alors à la cuisson du moule, opération qui fera fondre les décorations en cire placées au préalable et dont les empreintes resteront en creux et à l'envers dans la chape

 

 

Démoulage

 

 

Le moment est venu d'enlever la fausse cloche.
On soulève la chape et l'on brise la fausse cloche. La chape est alors replacée sur le noyau. Entre ces deux parties du moule et grâce à une portée minutieusement établie, il reste un vide créé par la disparition de la fausse cloche. C'est ce vide que viendra occuper l' Airain (bronze de cloche) en fusion lors de la Coulée.

Une coulée de cloches ! Spectacle émouvant et que l’on n’oublie pas ! Minute vraiment grandiose et presque magique, quand, le fondeur donne libre cours à l' Airain en fusion, qui sort bouillonnant, coule en ruisseaux de feu et se précipite avec des sifflements dans le moule qu’il remplit

 Tout cela est très rapide, presque comme un éclair;

 

En quelques minutes tout est terminé ,il ne reste plus qu'à laisser refroidir l' Airain, de détruire le moule et de laisser apparaitre la nouvelle cloche.